Gelukkige nuwe jaar! *

Je ne suis pas très douée pour souhaiter la bonne année. Plusieurs jours que j’essaye d’écrire un article, mais les mots ne viennent pas. Bloquée. 

Alors je vais faire simple (mais efficace 😊), je vous souhaite évidemment la plus belle des années. Du bonheur, des très bonnes nouvelles et de la douceur, tout simplement. 

Je pars pour de nouvelles aventures, et même si ce départ était plus que voulu, ca à été sacrément difficile depuis hier. L’émotion de quitter mon chéri, ma sœur sur le point d’accoucher. Cette sensation de les abandonner au moment où ils ont besoin de moi l’un et l’autre. J’en ai la gorge serrée serrée. Je serai de retour dans quelques semaines pour de nouvelles aventures pmesques (parce que par ici 2018 et nouvelle année ne semblent pour le moment pas franchement porter chance… Le blocage qui devait préparer le transfert de notre FIVDO de février est foireux de chez foireux. Je ne réagis plus au Decapeptyl…). 

J’espère tellement que les choses pourront enfin être simples et sereines… Et vous le souhaite evidement ! 

* Bonne année !!

Publicités

L’effet patate trop cuite 

Merci pour vos doux messages et encouragements suite à l’annonce de mes beaux projets de 2018. 

Je suis désolée de ne pas vous avoir répondu.

Mais le repis aura été de très courte durée. À croire que je ne suis définitivement pas assez forte. 

Le médecin m’a arrêtée. Syndrome d’épuisement. La thérapie recommandée ? Partir en province (si je le peux), faire du sport, me balader, voir des amis. Et surtout, surtout, ne pas bosser. Je ne sais pas si je saurais faire. J’ai la tête comme une patate trop cuite sur le point d’exploser. Je le sens fatiguée jusque dans les bras…oui c’est un truc de fou!

Délai, 10 jours pour le moment, probablement au moins 3 semaines / 1 mois en tout. On en reparle vendredi prochain et elle avisera… 

Je suis fatiguée …

Give me a break


La sombritude a fini par m’atteindre de plein fouet. Je m’y attendais – j’ai toujours quelques jours de stoissime après l’annonce d’une mauvaise nouvelle.

Mais cette fois c’était pas pareil. Je crois que j’ai frôlé la catastrophe. Mon cerveau a buggé. J’ai buggé. J’ai arrêté de parler à ma famille et mes amis. Je me suis emportée, un peu beaucoup (beaucoup beaucoup) au boulot. Je suis partie une journée seule, sans savoir où j’allais. J’ai détesté vivre, j’ai détesté mon environnement, les autres. J’ai eu une haine profonde pour mes proches, sans raison. J’ai failli tout arrêter. Démissionner. Partir. Tout plaquer. 

J’ai beaucoup beaucoup pleuré, le matin en me levant, au boulot, le soir en me couchant.

On s’est engueulés, on ne se comprenait plus. 

Et puis, j’ai réfléchis. J’ai retourné les choses 1000 fois dans ma tête. 

Finalement je n’ai pas démissionné. J’ai demandé un congé, et il a été accepté. 

Je vais donc entamer tout début janvier un vrai break, de 3 mois pour le moment, peut-être plus. Et je suis libérée (delivreeeeee!). Au programme de ces 3 mois: 

– une très très belle aventure d’1,5 mois en Afrique du Sud – en partie en vacances avec mon amoureux et le reste seule à participer à une mission d’ecovolontariat dans une réserve naturelle pour m’occuper de bébés singes. Le rêve !  J’adore la nature. J’adore les animaux ! Et me sentir utile, enfin ! 

– une 2eme très très belle aventure je l’espère, un peu moins loin cette fois mais tellement à la fois. Nous irons en direction de la République tchèque. Sereins et pleins d’espoir pour notre premiere (et dernière j’espère !) FIV DO. 

– et encore quelques semaines à définir. Pour profiter, prendre du temps pour moi, me reposer. Faire un peu de bénévolat dans des belles associations dont les actions et la cause me sont très chères. 

Alors pour tout ça, j’ai vraiment vraiment hâte que cette belle nouvelle année demarre. 

Parce que pour la première fois depuis très très longtemps, je me sens bien. J’ai envie d’aller de l’avant, de croire à l’avenir, de croire à ce que la vie peut nous apporter de beau. 

FIV2 bis – Clap de fin 

J’ai écrit cet article le 4 octobre, et je n’ai pas eu le courage d’appuyer sur « publier ». J’allais bien ce jour là mais la sombritude est arrivée le lendemain comme un cataclysme.

————-

Lundi. Je co-organise un évènement important au boulot. Le stress monte, je sais que le labo va appeler et que je ne pourrais pas décrocher. 

Je laisse mon téléphone sur la table, en silencieux. Je vois un appel – un 06, bizarre. Un deuxième appel, même numéro. Puis un message vocal. Les minutes sont looongues et la pause arrive, enfin! 

Le 06 c’était bien le labo. Le message dit simplement qu’ils ont les résultats à me communiquer et que je dois les rappeler. 

Quelques minutes plus tard le verdict tombe. Échec et mat. Notre petit dernier a arrêté son développement à 3 jours (merci de nous avoir fait attendre 4 jours de plus alors que c’était déjà mort !). Pas de vitrification. C’est fini. 

Je ne suis pas plus triste que ça. Je n’ai pas pleuré. Je suis stoïque. Marre de ces mauvaises nouvelles qui s’enchaînent. Et j’ai peur de ma propre réaction. Peur de ne plus avoir la force de me battre pour la suite. Même s’il nous reste des options. Le problème c’est que je suis comme ça tout le temps, pas qu’en PMA. Au boulot, avec mes amies. J’ai l’impression de ne plus jamais voit que le négatif dans tout ce qui m’entoure. 

Une de mes collègues est au courant, il se trouve qu’on partait en déplacement ensemble hier soir et pour quelques jours. Elle a elle-même de l’endometriose et d’autres problèmes génétiques. Elle a adopté une petite fille adorable il y a quelques années et a été d’un soutien sans faille depuis hier. 

Elle me conseillé de faire un break. Quelques semaines, quelques mois. De PMA, de boulot. Penser à nous. À moi. 

FIV 2 bis: fail bis bis bis 

Voilà voilà. Je crois que c’est officiel: je suis en insuffisance ovarienne. 

Comment on peut passer d’une hyperstim il y a 3 ans (33 follicules / 11 embryons vitrifiés), à un échec de stim 2 ans plus tard et a une FIV foireuse encore 1 an après ? 

La réponse en une recette très simple: 

Prenez une grosse dose d’endometriose très active, 2 coelioscopie opératoires, 1 ponction de kyste – laissez mijoter à feu très doux environ 3 ans. 

Cette FIV 2 bis à démarré le 10 septembre. Je pars avec une dizaine de follicules. C’est pas fou, mais pas si mal. Premier contrôle, les 10 sont toujours la – on poursuit. deuxième contrôle, les 10 sont bien là mais seuls 3 semblent beaux – 2 sont un peu à la traine, les autres sont out. On poursuit le traitement 2 jours supplémentaires pour laisser une petite chance aux 2 trainards de rattraper le peloton de tête. 

C’est parti pour la ponction qui a donc eu lieu hier matin. Seulement 3 follicules – les 2 pantoufflards ne se sont manifestement pas réveillés en 2 jours. On s’attendait pas à beaucoup mieux vu les résultats des derniers jours. Ce matin (enfin ce midi!) Le labo nous appelle. 1 ovocyte fécondé. Verdict en début de semaine prochaine. Autant vous dire que comme pour Lucienne il y a quelques jours, l’espoir n’est pas franchement de la partie sur ce coup là. En fait on y croit plus du tout. Il en faut qu’un hein c’est sûr, m’enfin vu comment on finis les 11 embryons de la fournée 1 il y a 3 ans(#aufonddeschiottes)..c’est quand même pas très engageant, vous le reconnaîtrez.

Mais parce que j’ai trop besoin de faire quelques choses, de me sentir utile, de ne pas penser à tout ce put** de parcours (sinon je sombre)* j’ai pris contact avec Reprofit. Rapides comme l’éclair, j’ai déjà eu un premier mail de retour avec tout plein d’informations. On ne lancera rien sans le verdict final de lundi et sans un rendez-vous préalable avec Hope, mais au moins on prépare le terrain, et ça doit sûrement faire du bien. 

En tous cas, la vie est vraiment une grogniasse. 
Flash info: le protocole de la loose 

– Pergoveris 300ui du 10 au 22 septembre

– démarrage de l’orgalutran le 18 septembre et jusqu’au 22

– déclanchement par ovitrelle (1 stylo) et 2 ampoules de decapeptyl 0,1

Le tout associé à la poursuite du conceptio et de la DHEA.

Posté dans FIV

Help les filles suivies chez Hope

Je suis restée très discrète ces dernières semaines, mais ça y est nous avons repris le chemin « actif de la PMA ». J’ai démarré la stim dimanche, et fait mon premier contrôle écho / dosage hormonal hier. Sauf que tellement habituée à mes anciens centres, j’ai attendu que le secrétariat de Hope m’appelle pour les consignes…j’ai passé l’aprem à appuyer sur le bouton on de mon portable à me dire que j’avais peut-être loupé l’appel. La journée se passe, la soirée démarre sans que je m’inquiète : Hope m’a déjà appelé tard. Sauf que cette fois l’appel n’est jamais arrivé. 

J’ai donc continué sur ma dose de 300ui de pergoveris. 

Et là c’est le drame. En rentrant chez moi après une petite soirée chez des potes, je relis le petit dossier agrafé et me rends compte que c’était à moi d’appeler le secrétariat pour avoir les consignes !! WTF!?!? 

J’ai envoyé un mail à Hope direct mais évidemment on est samedi….

Les filles j’ai besoin de votre aide. Comment ça s’est passé pour vous ? Est ce que vous appelez ou est ce que le secrétariat vous appelle habituellement ? Si quelqu’un a tout hasard a un contact autre que celui du secrétariat ? Mail, téléphone…je prends tout ! 

Tellement peur d’avoir fait tout foirer. 1 an qu’on attend cette FIV, 4 ans d’essai, je ne peux être aussi stupide ! 

Autant vous dire que la nuit a été très courte… 

Merci pour votre aide 😚

Le Xieme labo – Édit 

J’avais écris un loooong article et l’appli WordPress m’a gentiment tout effacé – WTF? 

Alors c’est parti, on recommence. 

La scène se déroule lundi dernier. J’avais prévu une demi-journée off pour un rdv avec Hope en début d’aprem (je vous raconte tout ça juste après). Je file au labo – que dis-je THE Labo – accessoirement j’ai retraversé les beaux quartiers parisiens. Je vais devenir incollable. Ma coach nutrition – waoouh la classe – m’avais recommandé de faire les tests de détection des intolérances alimentaires. Rapport à mes infections, diarrhées et autres mycoses à répétition. Me voilà donc toute guillerette – ça c’est rapport au rendez-vous avec Hope – promis je vous raconte juste après – et je me pointe comme une fleur à l’accueil de THE Labo. Mais j’ai du oublier que je n’étais pas à Eylau (#labochic #neuillysamere), et que ben les prélèvements l’après-midi c’est généralement niet. J’ai tiré la tronche, fais mes yeux de chat poté devant une tranche de lard fumé, et hop le Doc biologiste en personne accepte de me faire le prélèvement. Wahou c’est ma journée – patience je raconte Hope bientôt ! 

L’interrogatoire commence: 

– pourquoi vous faites ces analyses Mzlle Pmette (ils arrêtent pas de tous nous dire qu’on est suuuuper jeunes alors je me la pète un peu tu vois)? Endometriose tout ça tout ça…

– vous avez des diahrees / constipations? Un peu mon neveu. Je revis depuis que j’ai découvert l’appli toilettes à Paris – mon rêve ! 

– vous avez mal aux articulations? Euhh depuis plusieurs mois j’ai super mal au genou, mais je suis pas sûre de bien voir le rapport avec ce que je mange ou la PMA la? 

– vous avez des maux de tête ? Un peu – mais c’est sûrement lié au Deca ça M’sieur. 

– vous avez ou avez eu une maladie inflammatoire ? Le lot endometriose/adenomyse me suffit bien – donc non. Mais tant que vous me posez la question, j’ai quand même fait 2 infections des trompes en 2 ans – et tiens au passage on a du me les retirer. Et puis aussi j’ai des mycoses vaginales à répétition – à la réflexion je crois que ça n’a rien à voir avec une infection mais bon…

Et pour la première fois depuis tout cet échange, le fameux Doc se met à rebondir sur mes réponses ! Je commençais à me sentir un peu seule.

Infection Chlamydia Mzelle Pmette. Vous avez déjà fait les tests? Vous avez tous les symptômes. Ben oui je crois , un prélèvement sanguin. 

Mais Mzlle Pmette, tous les labos ne savent pas le détecter. Qui plus est un simple test sanguin est complètement inefficace. Faites vous prescrire le test et revenez me voir. Et puis pour votre trompe c’est dommage, si vous étiez venue me voir avant j’aurais probablement pu la sauver.

Je te baffe à quel moment ? 

Je repars la tête en fusion – je sais pas trop si c’est à cause des 220€ que je viens de lâcher ou si c’est cette nouvelle piste qui vient de s’ouvrir.

Je passe ma soirée sur mon ami Gogole. Et Gogole confirme. Gogole est balaise. 

Et si c’était ça? Et si c’était « seulement ça »? Une bactérie qui se soigne avec quelques basiques antibiotiques. Mais si c’est ça, comment on a pu passer à côté d’un truc pareil? Comment j’ai pu en arriver à perdre mes 2 trompes pour un truc qui se soigne avec quelques BASIQUES ANTIBIOTIQUES? 

Alors on va pas commencer à penser à tout ce qui aurait pu se passer si on avait été dans THE labo avant – on va faire les tests – on va espérer avoir enfin trouvé des réponses sur ce qui me fait vivre un enfer depuis 2/3 ans.

Prélèvement vaginal fait. Réponse la semaine prochaine. 

Des expériences à partager sur cette douce infection sexuellement transmissible les filles ? 

Réflexions post op

Malgré mon optimisme dans mon dernier post, les jours qui ont suivi mon opération n’ont pas été roses. J’ai beaucoup pleuré, beaucoup beaucoup cogité. Et je me suis sentie désespérément seule et incomprise. Même avec mon chéri d’amour d’habitude si présent. Par ras le bol de ce parcours à la co* et parce que pour lui cette intervention n’était qu’une simple formalité pour la suite de la PMA, il n’a pas compris que je me mette dans des etats pareils et que je sois au fond du trou. Pour lui cette opération était positive et nous permettra d’avoir notre bébé.

J’aurai aimé avoir son optimisme sur le moment,  mais moi je l’ai plutôt vu comme ça cette opération: 2eme coelioscopie, 6eme AG en 3 ans. Sans compter les milles rendez-vous chez les docs en tous genre, vous connaissez ça. Qu’accesoirement, j’y ai laissé mes 2 trompes, et que j’en ressort avec 5 balafres sur le bide – marquée à vie (Ok elles étaient déjà depuis la première ceolio). C’est vrai qu’en FIV on s’en fou des trompes… Que j’ai des diarhées tous les jours qui m’empêchent d’avoir une vie normale. Que je douille, mais douille vraiment beaucoup de cette put*** d’endometriose/adenomyose.

Alors pour tout ça, j’estime que j’ai eu le droit de pleurer quelques jours. Pour toutes ces douleurs physiques et morales. Pour toute cette injustice. 
Je ne comprenais vraiment (mais alors vraiment) pas pourquoi le Doc m’avait arrêté 15 jours (+ les 3 jours d’arrêt pour l’hospitalisation !). De toute ma carrière PMesque et endometrioseque, je n’ai jamais été arrêtée aussi longtemps. Alors que j’allais biiiiiiennnnn plus mal parfois. Je suis allée bossée pliée en 2 pendant des mois. J’y suis allée à me retrouver à vomir dans les toilettes du bureau tellement je ne supportais plus mes douleurs et accessoirement les antalgiques qui allaient avec. Je me suis évanouie de douleur au bureau. Je suis allée bosser pendant mes arrêts de travail. Mais j’étais la. Et je bossais. Je crois que c’était un moyen d’oublier et un moyen de ne pas sombrer. Alors l’arrêt de 15 jours, il m’a fait carrément flipper. Je me demandais ce que j’allais bien pouvoir faire de tout ce temps???

La première journée à été catastrophique. Le moral était au plus bas. J’ai larvé, pleuré et me suis sentie incapable. 

Puis j’ai décidé de m’occuper quelques jours et qu’on verrait ensuite pour reprendre le boulot. J’avais des choses qui trainaient depuis des mois, et régler toutes ces petites choses du quotidien m’a fait un bien fou! Enfin quelques choses qui avance. Et puis j’ai des copines enceinte, en congé mat, en vacances parce que de nouveau étudiantes. J’ai passé un peu de temps avec elles. Et je me suis rendue compte que finalement, notre histoire les touchait beaucoup. Et ça aussi, ça fait un bien fou. 

Et de fil en aiguilles, j’ai finalement une envie folle de faire plein de choses. Au point que mon programme est booké pour les 10 prochains jours! 

Je culpabilise à fond, parce qu’en étant honnête avec moi-même, je pourrais tout à fait aller bosser. Je vais bien! Mais j’essaye, pour une fois, de faire taire cette petite voix, pour ne penser qu’à moi et à mon super programme. Ça s’appelle le lâcher prise, il parait. 

Les prochaines étapes seront plus belles et plus douces, c’est certain.

Intervention il y aura – et petite pause soleil

Les choses avancent, et voici les nouvelles fraîches. 

Je suis en vacances depuis une semaine, mais difficile de couper avec la PMA tant j’ai de choses à organiser pour mon retour. 

L’intervention aura bien lieu, le 21 juin (et non pas le 15), et ça me va parfaitement bien que ça soit décalé de quelques jours. La date du 15 était très compliquée à gérer pour moi côté boulot et m’obligeait à louper l’EVJF d’une copinette très proche. 

So, que s’est il passé cette dernière semaine? Hope m’a appelé, j’étais sur la plage et un peu sonnée de l’avoir en direct, d’habitude j’ai la gentille secrétaire, Mme S. Elle m’explique qu’elle a la confirmation que ma trompe doit être retirée, trop de risque de péritonite. Elle reste sur ces 2 options : soit on voit avec le Dr Schlerotherapie s’il est d’accord pour le faire, soit elle nous envoie voir le Dr qu’elle connait bien. On opte pour le Dr Schlerotherapie. Pas envie de recommencer toute mon histoire à un nième médecin, pour qu’il me fasse la même chose. Je sais que je suis dans de bonnes mains avec lui. Quelques échanges de mails avec lui pour qu’il me confirme hier soir que nous allions donc décaler l’intervention au 21 juin et qu’il fallait que je le revoie avant pour une dernière écho. Parfait! 

J’aurais sûrement un petit peu de convalescence après, une semaine au moins pour du repos et que la cicatrisation puisse se faire. Car j’aurais de nouveau droit à une coelioscopie. 

C’est dur, j’ai une sorte de colère au fond de moi. Après cela je ne pourrais plus jamais espérer un bébé couette. L’endometriose m’en aura fait voir de toutes les couleurs. Mais c’est comme ça, et si ça peut me rapprocher un tout petit plus d’un bébé, j’y vais, sans hésiter. 

Hope m’a demandé de reprendre rendez-vous vous un mois après l’intervention donc entre mi et fin juillet après avoir fait un bilan hormonal et une échographie. J’espere que nous pourrons lancer une FIV en septembre. J’ai senti qu’elle n’était pas très optimiste quant à cette option. En tous cas, elle ne se prononce pas pour le moment. Mon AMH est vraiment pourrie (0,8!) et l’intervention peut de nouveau lui mettre une claque. Donc on attend juillet et on avise. Soit on retente une FIV sur cycle naturel, soit ça sera FIVDo. Je crois que dans le fond, je sais que ça sera FIVDo, et je sais qu’il n’y a plus de chance d’une FIV classique. Mais l’homme a besoin qu’on tente une dernière fois. Il ne veut pas avoir de regrets pour la suite de parcours. Il a sûrement raison…

En attendant on reste motivés! Et moi je profite de mes vacances! Je rentre lundi pour repartir avec l’homme le jour même pour 15 jours !

Une petite pensée spéciale à Souris, je croise bien fort pour toi. Et à endolorie, copine des mêmes galères. 

Et une petite photo de mon escale au soleil, pour la route 🙂