FIV 2 bis: fail bis bis bis 

Voilà voilà. Je crois que c’est officiel: je suis en insuffisance ovarienne. 

Comment on peut passer d’une hyperstim il y a 3 ans (33 follicules / 11 embryons vitrifiés), à un échec de stim 2 ans plus tard et a une FIV foireuse encore 1 an après ? 

La réponse en une recette très simple: 

Prenez une grosse dose d’endometriose très active, 2 coelioscopie opératoires, 1 ponction de kyste – laissez mijoter à feu très doux environ 3 ans. 

Cette FIV 2 bis à démarré le 10 septembre. Je pars avec une dizaine de follicules. C’est pas fou, mais pas si mal. Premier contrôle, les 10 sont toujours la – on poursuit. deuxième contrôle, les 10 sont bien là mais seuls 3 semblent beaux – 2 sont un peu à la traine, les autres sont out. On poursuit le traitement 2 jours supplémentaires pour laisser une petite chance aux 2 trainards de rattraper le peloton de tête. 

C’est parti pour la ponction qui a donc eu lieu hier matin. Seulement 3 follicules – les 2 pantoufflards ne se sont manifestement pas réveillés en 2 jours. On s’attendait pas à beaucoup mieux vu les résultats des derniers jours. Ce matin (enfin ce midi!) Le labo nous appelle. 1 ovocyte fécondé. Verdict en début de semaine prochaine. Autant vous dire que comme pour Lucienne il y a quelques jours, l’espoir n’est pas franchement de la partie sur ce coup là. En fait on y croit plus du tout. Il en faut qu’un hein c’est sûr, m’enfin vu comment on finis les 11 embryons de la fournée 1 il y a 3 ans(#aufonddeschiottes)..c’est quand même pas très engageant, vous le reconnaîtrez.

Mais parce que j’ai trop besoin de faire quelques choses, de me sentir utile, de ne pas penser à tout ce put** de parcours (sinon je sombre)* j’ai pris contact avec Reprofit. Rapides comme l’éclair, j’ai déjà eu un premier mail de retour avec tout plein d’informations. On ne lancera rien sans le verdict final de lundi et sans un rendez-vous préalable avec Hope, mais au moins on prépare le terrain, et ça doit sûrement faire du bien. 

En tous cas, la vie est vraiment une grogniasse. 
Flash info: le protocole de la loose 

– Pergoveris 300ui du 10 au 22 septembre

– démarrage de l’orgalutran le 18 septembre et jusqu’au 22

– déclanchement par ovitrelle (1 stylo) et 2 ampoules de decapeptyl 0,1

Le tout associé à la poursuite du conceptio et de la DHEA.

Publicités
Posté dans FIV

Help les filles suivies chez Hope

Je suis restée très discrète ces dernières semaines, mais ça y est nous avons repris le chemin « actif de la PMA ». J’ai démarré la stim dimanche, et fait mon premier contrôle écho / dosage hormonal hier. Sauf que tellement habituée à mes anciens centres, j’ai attendu que le secrétariat de Hope m’appelle pour les consignes…j’ai passé l’aprem à appuyer sur le bouton on de mon portable à me dire que j’avais peut-être loupé l’appel. La journée se passe, la soirée démarre sans que je m’inquiète : Hope m’a déjà appelé tard. Sauf que cette fois l’appel n’est jamais arrivé. 

J’ai donc continué sur ma dose de 300ui de pergoveris. 

Et là c’est le drame. En rentrant chez moi après une petite soirée chez des potes, je relis le petit dossier agrafé et me rends compte que c’était à moi d’appeler le secrétariat pour avoir les consignes !! WTF!?!? 

J’ai envoyé un mail à Hope direct mais évidemment on est samedi….

Les filles j’ai besoin de votre aide. Comment ça s’est passé pour vous ? Est ce que vous appelez ou est ce que le secrétariat vous appelle habituellement ? Si quelqu’un a tout hasard a un contact autre que celui du secrétariat ? Mail, téléphone…je prends tout ! 

Tellement peur d’avoir fait tout foirer. 1 an qu’on attend cette FIV, 4 ans d’essai, je ne peux être aussi stupide ! 

Autant vous dire que la nuit a été très courte… 

Merci pour votre aide 😚

Le Xieme labo – Édit 

J’avais écris un loooong article et l’appli WordPress m’a gentiment tout effacé – WTF? 

Alors c’est parti, on recommence. 

La scène se déroule lundi dernier. J’avais prévu une demi-journée off pour un rdv avec Hope en début d’aprem (je vous raconte tout ça juste après). Je file au labo – que dis-je THE Labo – accessoirement j’ai retraversé les beaux quartiers parisiens. Je vais devenir incollable. Ma coach nutrition – waoouh la classe – m’avais recommandé de faire les tests de détection des intolérances alimentaires. Rapport à mes infections, diarrhées et autres mycoses à répétition. Me voilà donc toute guillerette – ça c’est rapport au rendez-vous avec Hope – promis je vous raconte juste après – et je me pointe comme une fleur à l’accueil de THE Labo. Mais j’ai du oublier que je n’étais pas à Eylau (#labochic #neuillysamere), et que ben les prélèvements l’après-midi c’est généralement niet. J’ai tiré la tronche, fais mes yeux de chat poté devant une tranche de lard fumé, et hop le Doc biologiste en personne accepte de me faire le prélèvement. Wahou c’est ma journée – patience je raconte Hope bientôt ! 

L’interrogatoire commence: 

– pourquoi vous faites ces analyses Mzlle Pmette (ils arrêtent pas de tous nous dire qu’on est suuuuper jeunes alors je me la pète un peu tu vois)? Endometriose tout ça tout ça…

– vous avez des diahrees / constipations? Un peu mon neveu. Je revis depuis que j’ai découvert l’appli toilettes à Paris – mon rêve ! 

– vous avez mal aux articulations? Euhh depuis plusieurs mois j’ai super mal au genou, mais je suis pas sûre de bien voir le rapport avec ce que je mange ou la PMA la? 

– vous avez des maux de tête ? Un peu – mais c’est sûrement lié au Deca ça M’sieur. 

– vous avez ou avez eu une maladie inflammatoire ? Le lot endometriose/adenomyse me suffit bien – donc non. Mais tant que vous me posez la question, j’ai quand même fait 2 infections des trompes en 2 ans – et tiens au passage on a du me les retirer. Et puis aussi j’ai des mycoses vaginales à répétition – à la réflexion je crois que ça n’a rien à voir avec une infection mais bon…

Et pour la première fois depuis tout cet échange, le fameux Doc se met à rebondir sur mes réponses ! Je commençais à me sentir un peu seule.

Infection Chlamydia Mzelle Pmette. Vous avez déjà fait les tests? Vous avez tous les symptômes. Ben oui je crois , un prélèvement sanguin. 

Mais Mzlle Pmette, tous les labos ne savent pas le détecter. Qui plus est un simple test sanguin est complètement inefficace. Faites vous prescrire le test et revenez me voir. Et puis pour votre trompe c’est dommage, si vous étiez venue me voir avant j’aurais probablement pu la sauver.

Je te baffe à quel moment ? 

Je repars la tête en fusion – je sais pas trop si c’est à cause des 220€ que je viens de lâcher ou si c’est cette nouvelle piste qui vient de s’ouvrir.

Je passe ma soirée sur mon ami Gogole. Et Gogole confirme. Gogole est balaise. 

Et si c’était ça? Et si c’était « seulement ça »? Une bactérie qui se soigne avec quelques basiques antibiotiques. Mais si c’est ça, comment on a pu passer à côté d’un truc pareil? Comment j’ai pu en arriver à perdre mes 2 trompes pour un truc qui se soigne avec quelques BASIQUES ANTIBIOTIQUES? 

Alors on va pas commencer à penser à tout ce qui aurait pu se passer si on avait été dans THE labo avant – on va faire les tests – on va espérer avoir enfin trouvé des réponses sur ce qui me fait vivre un enfer depuis 2/3 ans.

Prélèvement vaginal fait. Réponse la semaine prochaine. 

Des expériences à partager sur cette douce infection sexuellement transmissible les filles ? 

Réflexions post op

Malgré mon optimisme dans mon dernier post, les jours qui ont suivi mon opération n’ont pas été roses. J’ai beaucoup pleuré, beaucoup beaucoup cogité. Et je me suis sentie désespérément seule et incomprise. Même avec mon chéri d’amour d’habitude si présent. Par ras le bol de ce parcours à la co* et parce que pour lui cette intervention n’était qu’une simple formalité pour la suite de la PMA, il n’a pas compris que je me mette dans des etats pareils et que je sois au fond du trou. Pour lui cette opération était positive et nous permettra d’avoir notre bébé.

J’aurai aimé avoir son optimisme sur le moment,  mais moi je l’ai plutôt vu comme ça cette opération: 2eme coelioscopie, 6eme AG en 3 ans. Sans compter les milles rendez-vous chez les docs en tous genre, vous connaissez ça. Qu’accesoirement, j’y ai laissé mes 2 trompes, et que j’en ressort avec 5 balafres sur le bide – marquée à vie (Ok elles étaient déjà depuis la première ceolio). C’est vrai qu’en FIV on s’en fou des trompes… Que j’ai des diarhées tous les jours qui m’empêchent d’avoir une vie normale. Que je douille, mais douille vraiment beaucoup de cette put*** d’endometriose/adenomyose.

Alors pour tout ça, j’estime que j’ai eu le droit de pleurer quelques jours. Pour toutes ces douleurs physiques et morales. Pour toute cette injustice. 
Je ne comprenais vraiment (mais alors vraiment) pas pourquoi le Doc m’avait arrêté 15 jours (+ les 3 jours d’arrêt pour l’hospitalisation !). De toute ma carrière PMesque et endometrioseque, je n’ai jamais été arrêtée aussi longtemps. Alors que j’allais biiiiiiennnnn plus mal parfois. Je suis allée bossée pliée en 2 pendant des mois. J’y suis allée à me retrouver à vomir dans les toilettes du bureau tellement je ne supportais plus mes douleurs et accessoirement les antalgiques qui allaient avec. Je me suis évanouie de douleur au bureau. Je suis allée bosser pendant mes arrêts de travail. Mais j’étais la. Et je bossais. Je crois que c’était un moyen d’oublier et un moyen de ne pas sombrer. Alors l’arrêt de 15 jours, il m’a fait carrément flipper. Je me demandais ce que j’allais bien pouvoir faire de tout ce temps???

La première journée à été catastrophique. Le moral était au plus bas. J’ai larvé, pleuré et me suis sentie incapable. 

Puis j’ai décidé de m’occuper quelques jours et qu’on verrait ensuite pour reprendre le boulot. J’avais des choses qui trainaient depuis des mois, et régler toutes ces petites choses du quotidien m’a fait un bien fou! Enfin quelques choses qui avance. Et puis j’ai des copines enceinte, en congé mat, en vacances parce que de nouveau étudiantes. J’ai passé un peu de temps avec elles. Et je me suis rendue compte que finalement, notre histoire les touchait beaucoup. Et ça aussi, ça fait un bien fou. 

Et de fil en aiguilles, j’ai finalement une envie folle de faire plein de choses. Au point que mon programme est booké pour les 10 prochains jours! 

Je culpabilise à fond, parce qu’en étant honnête avec moi-même, je pourrais tout à fait aller bosser. Je vais bien! Mais j’essaye, pour une fois, de faire taire cette petite voix, pour ne penser qu’à moi et à mon super programme. Ça s’appelle le lâcher prise, il parait. 

Les prochaines étapes seront plus belles et plus douces, c’est certain.

Intervention il y aura – et petite pause soleil

Les choses avancent, et voici les nouvelles fraîches. 

Je suis en vacances depuis une semaine, mais difficile de couper avec la PMA tant j’ai de choses à organiser pour mon retour. 

L’intervention aura bien lieu, le 21 juin (et non pas le 15), et ça me va parfaitement bien que ça soit décalé de quelques jours. La date du 15 était très compliquée à gérer pour moi côté boulot et m’obligeait à louper l’EVJF d’une copinette très proche. 

So, que s’est il passé cette dernière semaine? Hope m’a appelé, j’étais sur la plage et un peu sonnée de l’avoir en direct, d’habitude j’ai la gentille secrétaire, Mme S. Elle m’explique qu’elle a la confirmation que ma trompe doit être retirée, trop de risque de péritonite. Elle reste sur ces 2 options : soit on voit avec le Dr Schlerotherapie s’il est d’accord pour le faire, soit elle nous envoie voir le Dr qu’elle connait bien. On opte pour le Dr Schlerotherapie. Pas envie de recommencer toute mon histoire à un nième médecin, pour qu’il me fasse la même chose. Je sais que je suis dans de bonnes mains avec lui. Quelques échanges de mails avec lui pour qu’il me confirme hier soir que nous allions donc décaler l’intervention au 21 juin et qu’il fallait que je le revoie avant pour une dernière écho. Parfait! 

J’aurais sûrement un petit peu de convalescence après, une semaine au moins pour du repos et que la cicatrisation puisse se faire. Car j’aurais de nouveau droit à une coelioscopie. 

C’est dur, j’ai une sorte de colère au fond de moi. Après cela je ne pourrais plus jamais espérer un bébé couette. L’endometriose m’en aura fait voir de toutes les couleurs. Mais c’est comme ça, et si ça peut me rapprocher un tout petit plus d’un bébé, j’y vais, sans hésiter. 

Hope m’a demandé de reprendre rendez-vous vous un mois après l’intervention donc entre mi et fin juillet après avoir fait un bilan hormonal et une échographie. J’espere que nous pourrons lancer une FIV en septembre. J’ai senti qu’elle n’était pas très optimiste quant à cette option. En tous cas, elle ne se prononce pas pour le moment. Mon AMH est vraiment pourrie (0,8!) et l’intervention peut de nouveau lui mettre une claque. Donc on attend juillet et on avise. Soit on retente une FIV sur cycle naturel, soit ça sera FIVDo. Je crois que dans le fond, je sais que ça sera FIVDo, et je sais qu’il n’y a plus de chance d’une FIV classique. Mais l’homme a besoin qu’on tente une dernière fois. Il ne veut pas avoir de regrets pour la suite de parcours. Il a sûrement raison…

En attendant on reste motivés! Et moi je profite de mes vacances! Je rentre lundi pour repartir avec l’homme le jour même pour 15 jours !

Une petite pensée spéciale à Souris, je croise bien fort pour toi. Et à endolorie, copine des mêmes galères. 

Et une petite photo de mon escale au soleil, pour la route 🙂

Les boîtes vertes 

J’avais commencé à écrire un bel article, rempli de tout plein de détails et l’appli WordPress l’a tout simplement supprimé. C’est décidément pas ma journée.

Je voulais vous raconter notre super journée PMA (comme on les aime, ou pas…) de vendredi. Chose exceptionnelle on avait réussi à caler 2 rendez-vous le même jour. (Merci à la douce secrétaire de Hope, qui a assuré sur ce coup là). 

Mais avant d’en venir aux faits, un rapide « previously on » les aventures d’endopmette. 

20 mars: Hope nous propose de tenter une dernière FIV classique pour essayer d’avoir quelques derniers embryons de nous 2. Si ça marche pas, direction la FIVDO et sans regrets parce qu’on aura tout essayé. Mais avant cela, exit le kyste, il faut lui mettre sa raclée car hors de question de lancer une FIV en l’état. Elle nous dirige donc vers un nième spécialiste, qui pratique la schlerotherapie (ponction du kyste suivie d’une alcoolisation des tissus pour éviter que les cellules d’endometriose ne se redeveloppent trop vite). Sauf que le dit spécialiste est comme tous les autres, surbooké. 2 mois d’attente pour un rendez-vous.

19 mai: Le rendez-vous tant attendu arrive enfin et se passe merveilleusement bien malgré notre stress palpable. La raison? Je le connais déjà ce Doc pour l’avoir vu il y a 2 ans. À l’époque il avait refusé de me prendre en charge parce que mon kyste était trop gros (15cm). Mais aujourd’hui il est d’accord, le kyste ayant diminué (8cm – tout est relatif hein…)! Première bonne nouvelle ! Il nous propose une date qui ne pouvait pas mieux tomber, le 15 juin – sachant que je pars en vacances mardi et que je rentre le 12 juin. Il fait un courrier qu’il nous demande de remettre à Hope, dans lequel il lui explique que nous pourrons lancer la FIV fin juin/début juillet. Le rêve. Nous sommes aux anges. Pour une fois que le calendrier de goupille tout bien comme il faut. On en revient pas et on retrouve de l’espoir. La roue peut encore tourner!  

Nous filons chez Hope pour notre 2eme rendez-vous du jour. Mais il n’aura pas fallu plus de 2 minutes pour que tout s’effondre. C’était trop beau. Changement de programme. Mon épisode infectieux du mois dernier n’est pas bon signe. Ma trompe est infectée et s’enflamme comme bon lui semble. Ça aurait pu arriver à tout moment et surtout ça peut recommencer à tout moment et peut provoquer une péritonite. Pendant mes vacances dans une zone paumée de Croatie par exemple…Elle me dit que j’ai eu de la chance que ça m’arrive à Paris et que j’ai pu être prise en charge. Bon… Donc la schlerotherapie est à reconsidérer car il faudrait en priorité me retirer cette trompe (2eme et dernière accessoirement)… Elle va recontacter Doc Schlerotherapie pour voir s’il peut profiter de l’intervention du 15 juin pour s’occuper de la trompe mais elle ne sait pas s’il sait faire. Elle va également (re)parler de notre dossier en staff lundi soir car elle connait un autre grand spécialiste qui lui, pour sur, saura me faire tout ce qu’il faut. Oui mais quand ??  

J’ai continué à écouter Hope d’une oreille détachée, comme si mon esprit ne faisait plus partie de ce corps que je finis par haillir. Comme si tout cela, ces 4 dernières années, étaient irréelles. Comme si je regardais la vie d’une autre. 

J’ai quand-même réussi à comprendre qu’elle me proposait de prendre un traitement hormonal complémentaire, la DHEA, qui, dans certains cas mais c’est pas prouvé, permet de développer plus de follicules dans un cas comme le mien. J’ai dit oui. Il semble y avoir pas mal de risques, de cancer notamment. Mais j’ai dit oui. À croire que dans le fond, j’ai encore un tout petit peu de forces pour me battre. 

Elle nous recommande la pharmacie du coin, où nous pouvons trouver ces pilules miracles (et qui coûtent un bras au passage!). J’en profite pour racheter une boîte de pilule, le Déca (même si au final je ne suis pas sûre de l’utiliser), et plusieurs autres traitements prescrits par mon gastro suite aux problèmes digestifs engendrés pas l’endo. La pharmacienne est d’une douceur et d’une gentillesse. Après avoir passé 15 minutes sur notre cas, elle nous glisse que toutes les boîtes de notre commande sont vertes, que c’est signe d’espoir et qu’il faut y croire. Les larmes me montent tellement ses quelques mots sont prononcés avec bienveillance. Elle nous tend un joli carnet rose, en cadeau et me dit que nous pourrons y noter tout ce qu’il faut pour les prochaines semaines. Nous quittons la pharmacie silencieux tellement nous sommes touchés tous les 2, puis partons vaquer à nos occupations habituelles. Courses, ménage, la belle vie quoi.

Et aujourd’hui, les larmes coulent le long de mes joues au rythme des mots sur mon clavier. J’espère tellement qu’on va y arriver…

Des nouvelles du front 

Je m’étais pourtant faite toute petite pour que DNLP m’oublie quelques temps. Eh ben le moins qu’on puisse dire c’est que ça a complètement foiré. La prochaine fois je lui ferai des grands signes, je l’attirerai avec un grand verre de lait et des biscuits, au moins y aura pas de surprise. 

Le weekend s’annonçait parfaitement bien, en mode soleil, chaise longue et repos. Tout ce qu’on aime. Vendredi soir on doit retrouver notre belle brochette de potes au resto, mais je commence à me sentir moyen moyen au boulot. Au point que je décide finalement d’annuler et de rentrer en trombe à la maison! Quel bien m’en a pris. 1h plus tard me voilà pliée en 2. Des spasmes ultra violents dans le ventre qui irradient jusqu’à mon kyste. Ça douille mais c’est pas la première fois que ça m’arrive et je me dis qu’avec un peu de spasfon ça devrait passer. Et ben non ma brave dame, vous pensiez quand-même pas vous en tirer si facilement ! Ça empire, je vomis. Évidemment je suis seule à la maison, l’homme ayant eu bien raison d’aller au dîner . Je ne peux plus marcher. L’homme rentre et m’emmène aux urgences. Je sais pas si c’est l’effet vacances scolaires mais je suis prise rapidement. 

Prise de sang, analyse d’urine, palpations. Mes globules blancs sont élevés, ça peut être signe d’une inflammation ou infection. 

J’attends jusqu’au lendemain 10h pour passer un scan. Rien d’anormal côté digestif par contre suspicion de salpingite (infection de la trompe) et d’endometrite (infection de l’endometre). Direction la porte d’a côté, et bienvenue aux urgences Gynéco. 

C’est reparti pour un bilan sanguin, des prélèvements vaginaux et une écho endochattale qui m’a fait trrroop mal. 

Je poiroite pendant des heures, allongée sur les fauteuils de la salle d’attente entourée de femmes enceintes jusqu’au coup sur le point d’accoucher. 

Résultat des courses, probablement un début d’infection du kyste et de la trompe. Je peux rentrer chez moi avec une dose d’antibiotiques de cheval. Et je retourne les voir mardi pour un contrôle. 

Évidemment j’ai encore mal et le traitement fait moyen effet. 

Mais le principal dans toute cette histoire c’est que pour le moment j’ai encore ma trompe, et que surtout surtout j’ai un homme en or qui a attendu dans la salle d’attente seul pendant toute la nuit et une bonne partie de la journée d’hier. 💕💕

J’espère que vous avez pu mieux profiter de ce beau weekend ! 

Non tu ne lacheras rien !

Après l’abattement total et les pleurs d’hier et de ce matin, je reprends les rennes. Vos mots doux m’ont aidé à repartir de bon pied. Vous avez raison, ne rien lâcher !

On a finalement choisi de décaler légèrement nos vacances pour pouvoir voir le spécialiste de la schlerotherapie (ponction alcoolisée ;-)) plus rapidement. Rendez-vous décalé au 19 mai matin, avec dans la foulée le midi, un rendez-vous avec Hope. Elle est pas belle la vie !?

Puisque j’avais déjà vu ce dit spécialiste il y a 2 ans, mais qu’à l’époque il avait pas voulu me prendre en charge car mon kyste était trop gros, j’avais son adresse mail. Oh miracle ! J’ai donc tenté un super coup. Je lui ai envoyé un super mail gentil, poli, touçaça, pour qu’il nous donne un premier avis sans attendre les 2 mois avant notre rendez-vous (tu le vois mon ton pleurnichant de Pmette au fond du gouffre?).  Et devinez quoi? J’ai eu une réponse ! (Allô DNLP, tu t’es perdue ces dernières 24h?) Doc spécialiste estime donc à première vue que la ponction alcoolisée est possible et me demande de lui envoyer les clichés de la dernière écho pour confirmation. C’est pas fou ça? (DNLP, please reste bien bien loin de tout ça!). Affaire à suivre, mais y a peut-être moyen de moyenner un rapprochement vers l’option 1A! 

Étant donné que la case opération semble inévitable, et qu’Hope nous avait parlé du CHU de Rouen (dédicace à ma chère endo, qui va finir par me faire parcourir la France), j’ai décidé de prendre rendez-vous avec leurs équipes de chirurgie des maintenant. Objectif: avoir un dossier chez eux et gagner du temps pour la suite de la manoeuvre. Attente de 3 mois entre 2 rendez-vous, on ne nous y reprendra plus (enfin on espère !). Je m’en occupe cette semaine pour un programme béton des prochains mois.

J’ai aussi enclenché depuis quelques semaines un plan d’attaque parallèle, que je vous expliquerai en détail très très vite. Certaines sont déjà au courant 😉

Encore un grand merci à vous toutes. Si vous saviez comme vos soutiens sont précieux …

Fiv 2 ou pas FIV 2: épisode 3 – la roue tourne ne tourne pas

Mon post-jamais-posté d’il y a 2 semaines était frais​ et enthousiaste (enfin je crois), je me suis dis que ça serait cool de pas sombrer dans le mélodrame sur ce blog et ai décidé de le garder tel quel. Et puis, il fallait bien que je vous fasse un petit retour en arrière pour expliquer ce qu’il se passe aujourd’hui.

Parce qu’aujourd’hui est un autre jour. Et qu’aujourd’hui je ne vois pas le bout du tunnel.

Je suis lassée. J’espère que mes mots ne blesseront pas mes ex-copines de galère, vraiment. Je suis juste profondément marquée par toutes ces belles nouvelles qui fleurissent ici et là sur la blogo. Marquée parce que je suis vraiment vraiment heureuse pour vous qui avez réussi à monter dans le train. Et marquée parce moi je suis toujours sur ce put*** de quai avec cette horrible sensation que toutes les choses bien n’arrivent qu’aux autres. 

Nous avons revu Hope aujourd’hui. Elle a toujours la pêche mais je crois qu’elle commence à vouloir nous faire comprendre que notre dossier est loin d’être simple. J’espérais dans un coin de ma tête que pour une fois les choses pourraient aller vite et qu’on partirai de son cabinet avec les ordonnances pour lancer cette foutue FIV. Loupé. (Note pour plus tard: arrêter de se faire des films positifs sur le déroulé de la PMA). Au lieu de ça je suis ressortie avec l’adresse d’une psy… C’est un autre délire. 

Pour faire simple, nous avons 4 options, toutes relativement bancales dans leur genre, qui prennent toutes comme point de départ l’acceptation ou non de mon cas pour une ponction/alcoolisation de mon kyste d’endo. (Rapport au kyste qui est probablement trop gros pour réaliser cette intervention – mais on est peut-être à la limite alors ça se tente). Et puis d’option, on va en fait complètement subir…

Option number 1:

Mon dossier est accepté. On fait donc cette fameuse ponction du kyste, puis on le remplit d’alcool pour schleroser les paroies et éviter que les cellules endometriosiques ne se redeveloppent trop rapidement. Ensuite on tente une stim. 

Option 1 – A: la stim fonctionne (youpi! J’ai pas encore les ovaires de mamie Germaine!). On vitrifie les embryons, on passe par la case opération (rapport à la trompe droite – ma seule et unique, qui est bel et bien morte elle aussi – adieu bébé couette), puis on transfère. 

Option 1 – B: la stim foire (coucou mamie!). Retour à la case départ, mais passez quand-même par la case opération avec au programme des réjouissances : bye bye la trompe, byebye le kyste et byebye le peu de réserve ovarienne qu’il me reste. La suite se ferait en République tchèque (si on a les sous), ou en Espagne (si on a vraiment beaucoup de sous). Il parait qu’elle a un plan mutuelle la Doc… Sinon on peut aussi rester en France hein. Mais je mettrai en pause le blog pendant les 3 prochaines années. Alors autant te dire qu’on va les trouver les sous! 
Option number 2: 

Mon dossier n’est pas accepté (là c’est vraiment la loose). Du coup on tente une ponction sans alcool (pas top – rapport au kyste qui va se reinstaller en 2 temps 3 mouvements). Puis on tente une FIV. 

Option 2 – A: tout comme pour l’option 1A

Option 2 – B: tout comme pour l’option 1B.

Dans tous les cas, finalement 10 folicules c’est pourri il parait. En plus le kyste rend difficile l’accès pour la ponction et abime probablement les ovocytes. Donc on y croit moyen moyen. Enfin moi surtout…

Prochaine étape : 8 juin. Pour valider mon dossier en alcoolisation. Tiens, y avait longtemps qu’on avait pas attendu 2 mois pour un rendez-vous…

Alors oui, j’ai ai marre. Nan la perspective de la ponction, puis de l’opération, puis de la ponction ne me fais pas rêver (peut-etre qu’avec toutes ces AG je finirais par oublier un peu tout ça, c’est pas si mal tiens). Oui je commence vraiment à croire que les choses qui se passent bien, les issues PMA positives, c’est que pour les autres. 

Et la roue tourne est décidément loin de se mettre à tourner…